Pages

mardi 14 janvier 2014

Les extractibles forestiers : une opportunité industrielle pour le Québec

Les extractibles forestiers représentent une opportunité très intéressante pour diversifier et redynamiser l'industrie forestière du Québec. Le CQVB avec plusieurs partenaires québécois préparent le second colloque sur le sujet qui se tiendra à la fin février en Mauricie. Surveillez le site du CQVB pour plus d'informations. Le programme final sera disponible d'ici deux semaines.

Vous pourrez rencontrer au colloque des spécialistes du domaine venant d'Europe et du Québec : industriels, utilisateurs, chercheurs et promoteurs. De plus, l'étude initiée par la Table d'action sur les extractibles forestiers (regroupant une dizaine de partenaires) et rédigée par le CQVB sera présentée. L'étude a permis de brosser un portrait des essences d'intérêt au Québec et des molécules d'extractibles prometteuses. Elle a aussi interrogé les utilisateurs potentiels d'extractibles sur leurs besoins et leurs attentes et a proposé des recommandations d'actions pour mettre en place une filière efficace et une chaîne complète de valorisation au Québec. 

Le lin : une ressource agro-industrielle prometteuse

Le lin offre de nombreuses applications dans des domaines aussi variés que les textiles, les matériaux, la construction, les absorbants, les produits chimiques, les carburants ou l'alimentation. Le dernier BioTendance® du CQVB précise les propriétés de cette plante annuelle, ses modes de production et les multiples applications reliées aux différentes parties de la plante. Un document à ne pas manquer!

Démarrer avec succès un projet en biométhanisation

La digestion anaérobie bénéficie d'une forte expertise au Québec et offre de multiples opportunités de développement. Biotech Annecto organise un atelier à caractère pratique sur le sujet. Cinq spécialistes discuteront des conditions gagnantes et des choix technologiques pour démarrer un projet.

Quand et où? Mercredi, 29 janvier, 8h30 à 12h00, IRB-CNRC, 6100 Royalmount, Montréal.

INFORMATION »                                  INSCRIPTION »

lundi 13 janvier 2014

Une première canadienne : des filaments de cellulose

FPInnovations et Kruger Inc. ont annoncé un projet commun d'implantation d'une première usine de démonstration de filaments de cellulose dans le monde à l'usine Kruger de Trois-Rivières. Biomatériau innovateur à base de fibre de bois, les filaments de cellulose offrent une vaste gamme d'applications. Le projet illustre l'impact positif de la recherche sur le positionnement concurrentiel de l'industrie.

Les applications possibles des filaments de cellulose sont multiples : additifs de renforcement légers pour la production de pâtes, de papiers, d'emballages, de papiers à usage domestique et d'essuie-mains à faible coût. Ils pourraient également être combinés à de multiples matériaux pour créer des produits de grande valeur allant des emballages et films souples aux panneaux structuraux et non structuraux pour la construction.

Laboratoire M2 prévoit investir 2,7 millions d'ici 2016

L'entreprise sherbrookoise veut faire sa place au plan mondial dans le créneau en forte croissance des produits nettoyants et désinfectants verts. Membre actif du créneau ACCORD Bio-industries environnementales de l'Estrie, la firme veut développer et commercialiser cinq nouveaux produits et applications à partir de sa technologie novatrice.

Des sucres industriels pour la production de bioéthanol

Sweetwater Energy et Pacific Ethanol ont annoncé le projet de construction d'une bioraffinerie cellulosique pour produire du bioéthanol. À partir de son procédé décentralisé, Sweetwater Energy peut convertir localement de la matière cellulosique, tels des résidus agricoles, des cultures énergétiques et des résidus forestiers en sucres que Pacific Ethanol fermentera en étthanol cellulosique.

vendredi 10 janvier 2014

Des technologies pour valoriser des résidus industriels organiques

La firme ontarienne Solutions4CO2 commercialise deux technologies brevetées : l'une transforme des résidus organiques variés en coproduits à haute valeur ajoutée; l'autre emploie un procédé d'extraction liquide-liquide pour extraire et fractionner des produits à haute valeur ajoutée à partir de résidus de crevettes. Des technologies intéressantes pour des partenaires voulant valoriser des résidus industriels.

La production de sucres industriels intéresse de plus en plus de gens

La demande de sucres industriels ne cessera de croître au cours des prochaines années. De gros joueurs s'y intéressent. Le défi : produire à faible coût et de façon durable cette matière première renouvelable. BASF et Renmatix Plantrose ont signé une entente de mise à l'échelle du procédé de Renmatix pour la production de sucres industriels à partir de biomasse cellulosique.

Un prétraitement prometteur pour le bioraffinage

Des chercheurs californiens (JBEI et Berkeley) ont publié le premier article revu par des pairs montrant une mise à l'échelle efficace d'un prétraitement de type liquide ionique du panic érigé. Cette découverte peut paver la voie à des volumes pertinents pour les bioraffineries (100 à 1 000 litres). La consommation d'eau et le recyclage du liquide ionique demeurent encore des enjeux à résoudre.

Nomination des Presidential Green Chemistry Challenge Awards 2013

Ces prix ont honoré cette année plusieurs domaines reliés aux bioproduits : la production de matériaux biosourcés de haute performance (Richard P. Wool, Université du Delaware), l'amélioration du procédé de réaction en chaîne par polymérase réduisant les résidus (Life Technologies Corp.), la mise au point d'un produit à base d'huile de soja pour les transformateurs à haut voltage (Cargill Inc.).

Une alternative biosourcée aux produits pré-imprégnés à renfort en fibres de verre ou de carbone

Le Prix Agrobiobase 2013 (France) a été remis à la société Flax Technic pour son produit 100 % biosourcé Twinflax P-Preg. Ce produit innovant est composé d'un tissu technique en fibres de lin associé par un procédé d'imprégnation spécifique à une résine haute performance biosourcée, un polyamide PA11. Il s'utilise directement dans des procédés tels la thermocompression ou le moulage par autoclave.

De l'huile de castor sans ricine

La firme californienne Novo Synthetix travaille à produire par biologie synthétique une graine produisant de l'huile de castor sans ricine, une substance très toxique. Le marché mondial de l'huile de castor est évalué à 400 millions de dollars. Cette jeune entreprise biotechnologique s'est méritée cette année le premier prix au North Carolina's Biotech Center's Ag Biotech Entrepreneurial Showcase.