Pages

jeudi 11 juillet 2013

Domtar innove pour la séparation de la lignine

La firme a inauguré avec succès une unité commerciale de séparation de la lignine à Plymouth (Caroline du Nord). La production de 75 tonnes par jour de lignine BioChoice prévue par cette usine vise un large éventail d'applications de produits biosourcés tels des carburants, des résines et des thermoplastiques. Il s'agit d'un pas important dans le sens du développement durable : la firme améliore l'efficacité de son procédé de fabrication de pulpe et fournit au marché un produit fiable et de haute qualité à partir d'un matériau sous-utilisé.

L'innovation en matière de biocarburants durables

Plusieurs firmes ont été honorées par les 5th Annual Sustainable Biofuels Awards (2013) pour leurs efforts d'innovation pour des biocarburants renouvelables et durables. Mentionnons certains de ces leaders : Genera Energy pour les matières premières durables, Sweetwater Energy pour le procédé en approvisionnement durable, Solazyme pour l'innovation en matière de produits chimiques biosourcés, Reverdia / DSM / Roquette : le partenariat de l'année pour les produits chimiques biosourcés, POET / DSM : la collaboration globale de l'année et Virgin Atlantic concernant l'aviation durable.

Nouvelle bioraffinerie pour Zeachem

Avec sa nouvelle bioraffinerie de Boardman (Orégon), Zeachem montre encore l'efficacité de sa plateforme de bioraffinage. L'unité de démonstration peut produire 250 000 gallons par an d'éthanol et de produits chimiques cellulosiques. Il s'agit d'une étape importante vers la production commerciale à grande échelle et rend plus concrète la faisabilité du bioraffinage intégré.

Les énergies propres sont en mode déploiement

L'année 2012 s'est avérée une année difficile pour les énergies propres, marquée par plusieurs faillites d'entreprises et licenciements et par des retours sur investissements à la baisse. Cependant, les moteurs globaux pour l'expansion des technologies propres demeurent intacts. Le rapport Clean Energy Trends 2013 explicite cette évolution en citant certains points clés, notamment : l'entrée du biomimétisme sur les marchés, l'importance de l'efficacité énergétique, des technologies micro-hybrides et du géothermique.

Une plateforme intégrée pour le biogaz

La firme torontoise Solutions4CO2 a signé une entente avec Vir-Clar Farm Power pour construire au Wisconsin une raffinerie intégrée de biogaz. La technologie IBR (Integrated Biogaz Refinery) nettoie le biogaz en enlevant le dioxyde de carbone qui sera utilisé dans un système à base d'algues pour la production de coproduits à haute valeur ajoutée. Le procédé améliore l'efficience dans la production énergétique et le flux isolé de dioxyde de carbone procure des revenus additionnels au système.

Les résidus municipaux convertis en énergie

Les 20 et 21 février 2013 s'est tenue à Orlando la conférence Municipal Solid Waste to Biofuels and Bioproducts. Des thèmes tels que la commercialisation, la rentabilité, le financement et les opérations y ont été abordés. Les présentations des exposés et des panels de discussions sont maintenant disponibles pour achat. Par ailleurs, le rapport Waste to Biofuels Market Analysis fournit des évaluations de la demande et les prix des biocarburants, des bioproduits associés ainsi que les biomasses. Plusieurs études de cas sont aussi présentées.

Des opportunités pour l'industrie forestière

Le VTT Technical Research Centre (Finlande) a mis au point un procédé qui utilise le papier recyclé et les cartons pour fabriquer un matériau non tissé à un coût 20 % moindre que l'emploi de produits bruts de bois comme matière première. Divers produits d'hygiène et d'usage domestique tels les napperons, les tissus de nettoyage et les serviettes hygiéniques pourront être fabriqués à partir de ces non tissés biodégradables. Pour l'industrie forestière, le développement de marchés pour ces nouveaux non tissés représente de prometteuses opportunités de diversification.

Une résine renouvelable pour des plastiques plus verts

La firme Laurel BioComposite (Nébraska) a complété la construction d'une usine de 12 000 pieds carrés pour produire la résine Bio-Res™. Ce matériau biosourcé peut se substituer de façon économique et très performante aux traditionnelles résines d'origine fossile utilisées dans divers procédés de fabrication des plastiques. Cette résine est produite à partir de grains de distillerie et son emploi pourrait augmenter à 40 % le contenu biodégradable d'un plastique. La production a démarré au printemps 2013.

Nouveaux débouchés pour les coproduits de la caprolactone

Associant les compétences de Purac (Hollande) en matière de produits chimiques biosourcés à partir de d'acide lactique et les forces de Perstorp (Suède) concernant les revêtements et les plastiques, l'entente de partenariat de recherche de ces deux entreprises vise la conception et le développement de coproduits de la lactide-caprolactone. Les applications dérivant de ces coproduits varient des polyols pour revêtements, scellants et élastomères aux colles thermofusibles (hot-melt adhesives). Sa composition particulière permet le contrôle du point de fusion et des propriétés mécaniques, tout en réduisant la cristallinité des polyols. Ces nouveaux produits seront lancés par Perstorp au cours de 2013.

Nouveau procédé pour des produits chimiques biosourcés

La firme américaine Ascenix BioTechnologies développe et commercialise une technologie de synthèse de produits chimiques à partir de biomasse. Ce procédé, conçu à l'Université du Minnesota, promet une amélioration de la rentabilité de production, tout en respectant l'environnement. La technologie, basée sur de la fermentation et des modifications chimiques, fournit un produit chimique complètement équivalent à son homologue d'origine fossile. Bien que pouvant être appliqué à une myriade de produits chimiques et de biocarburants, les premiers essais de mise à l'échelle seront dédiés à la fabrication de méthylméthacrylate, un produit utilisé dans les peintures et les revêtements, pour le verre acrylique ou pour des pièces d'auto et aussi en électronique.

La biologie synthétique et les fragrances

Les firmes Amyris (Californie) et Firmenich (Suisse) ont annoncé une extension de leur collaboration afin de développer et commercialiser des ingrédients renouvelables pour le marché des fragrances et des parfums. Grâce à la plateforme de biologie synthétique et aux procédés de fermentation industrielle d'Amyris et avec l'investissement de Firmenich, cette collaboration vise la transformation de sucres végétaux en ingrédients durables et à prix très concurrentiels. Le recours à de multiples sources de sucres végétaux permet de rendre le procédé moins vulnérable à la volatilité des prix et de l'offre d'huiles naturelles et de pétrole.

Des lunettes biosourcées

ZEAL Optics (Colorado) réalise une première mondiale avec son verre optique à base de biomasse végétale. La firme emploie un agent de liaison biosourcé qui remplace les précédents agents d'origine pétrolière. De plus, les montures de ZEAL Optics sont fabriquées à l'aide de la Z-résine, un matériau produit à partir d'huile de castor. Avec ses nouveaux verres e-llume, la firme sera la première compagnie au monde à produire des lunettes ne contenant pas de matière fossile.